Cyanobactérie

Définition

Les cya­no­bac­té­ries, aus­si appe­lées algues bleu-vert, sont des bac­té­ries capables de réa­li­ser la pho­to­syn­thèse. Le pré­fixe “cya­no” fait réfé­rence à la cou­leur bleu. Elles peuvent être trou­vées de façon iso­lées ou en for­mant des fila­ments (appe­lés tri­chomes) dans une gaine de mucilage.

Schéma de la photosynthèse par une cyanobactérie
Photosynthèse par une cyanobactérie.

Cyanobactéries et photosynthèse

Contrairement aux plantes, la pho­to­syn­thèse chez les cya­no­bac­té­ries n’a pas lieu dans un chlo­ro­plaste. Les cya­no­bac­té­ries pos­sèdent des pig­ments comme la chlo­ro­phylle A (vert) ou la phy­co­cya­nine (bleu-vert).

Ultra-structure d'une cyanobactérie
Ultra-struc­ture d’une cya­no­bac­té­rie. Le cyto­plasme contient des vacuoles gazeuses qui per­mettent aux cya­no­bac­té­ries de flot­ter ain­si que des car­boxy­somes per­met­tant la fixa­tion du CO2.

Les cya­no­bac­té­ries pro­duisent un micro-com­par­ti­ment, appe­lé car­boxy­some, pour la fixa­tion du dioxyde de car­bone (CO2) lors de la pho­to­syn­thèse. Dans ce micro-com­par­ti­ment, il y a pré­sence de deux enzymes (la rubis­co et l’an­hy­drase car­bo­nique) et la concen­tra­tion en CO2 est augmentée. 

L’importance des ancêtres des cyanobactéries dans l’histoire de la Terre

La pho­to­syn­thèse oxy­gé­nique, avec la pro­duc­tion de dioxy­gène (O2) est appa­rue chez l’an­cêtre des cya­no­bac­té­ries modernes. Cette inven­tion a conduit il y a 2,4 mil­liards d’an­nées à une pro­duc­tion impor­tante de dioxy­gène dans l’at­mo­sphère ter­restre. Cet évé­ne­ment appe­lé la grande oxy­gé­na­tion est visible via des miné­raux ayant été oxy­dés à l’époque.

Cyanobactéries et endosymbiose

Les carac­té­ris­tiques des cya­no­bac­té­ries actuelles laissent pen­ser que leur ancêtre est à l’o­ri­gine des chlo­ro­plastes lors d’un évè­ne­ment d’endosymbiose.

Spiruline, une cyanobactérie célèbre

La spi­ru­line (Arthrospira pla­ten­sis) est une cya­no­bac­té­rie avec de nom­breuses uti­li­sa­tions telle que com­plé­ment ali­men­taire. La consom­ma­tion de ces com­plé­ments dimi­nue les concen­tra­tions san­guine en graisses et en sucres, amé­liore la crois­sance des pro­bio­tiques et agit contre les infec­tions. Cette cya­no­bac­té­rie est recon­nue comme non patho­gène vis-à-vis des humains.

Production de compléments alimentaires à partir d'Arhrospira platensis (spiruline)

En plus de son uti­li­sa­tion en tant que com­plé­ment ali­men­taire, cette cya­no­bac­té­rie est aus­si uti­li­sée dans le cadre de bio­ré­ha­bi­li­ta­tion. En effet, elle pré­sente des avan­tages comme des besoins nutri­tifs simples et une forte pro­duc­tion de biomasse.

Références bibliographiques

Balaji, S., Kalaivani, T., Rajasekaran, C., Siva, R., Shalini, M., Das, R., Madnokar, V., & Dhamorikar, P. (2015). Bioremediation poten­tial of Arthrospira pla­ten­sis (Spirulina) against chro­mium (VI). CLEAN — Soil, Air, Water, 43(7), 10181024. doi:10.1002/clen.201400133 (lien)

Finamore, A., Palmery, M., Bensehaila, S., & Peluso, I. (2017). Antioxidant, immu­no­mo­du­la­ting, and micro­bial-modu­la­ting acti­vi­ties of the sus­tai­nable and eco­friend­ly Spirulina. Oxidative Medicine and Cellular Longevity, 2017, 114. doi:10.1155/2017/3247528 (lien)

Frain, K. M., Gangl, D., Jones, A., Zedler, J. A. Z., & Robinson, C. (2016). Protein trans­lo­ca­tion and thy­la­koid bio­ge­ne­sis in cya­no­bac­te­ria. Biochimica et Biophysica Acta (BBA) — Bioenergetics, 1857(3), 266273. doi:10.1016/j.bbabio.2015.08.010 (lien)

Raven, P., Evert, R., & Eichhorn, S., (2015) Biologie végé­tale — 3e édi­tion, De Boeck, ISBN-10 : 2804150208

Turmo, A., Gonzalez-Esquer, C. R., & Kerfeld, C. A. (2017). Carboxysomes : meta­bo­lic modules for CO2 fixa­tion. FEMS Microbiology Letters, 364(18). doi:10.1093/femsle/fnx176 (lien)