Micro-organisme pathogène

La patho­gé­ni­ci­té cor­res­pond à la capa­ci­té d’un micro-orga­nisme à pro­vo­quer une mala­die. C’est une stra­té­gie de sur­vie pour ces micro-orga­nismes qui cherchent une niche par­ti­cu­lière où se déve­lop­per.

L’exposition à un micro-orga­nisme patho­gène peut se faire de façon directe inter-humain ou vec­teur-humain. Pour cela le patho­gène peut pas­ser par les voies aériennes sous forme de micro-gout­te­lettes (trans­fert hori­zon­tal). Les patho­gènes peuvent aus­si pas­ser de la mère à son enfant (trans­fert ver­ti­cal).

Micro-organisme pathogène strict

Ces micro-orga­nismes pro­voquent chez tous les sujets une patho­lo­gie spé­ci­fique quelque soit leur état immu­ni­taire.

Micro-organisme pathogène opportuniste

Ces micro-orga­nismes peuvent être pré­sents chez un hôte sans déclen­cher de mala­dies. Par contre, lorsque le sys­tème de défense (sys­tème immu­ni­taire) est affai­bli, ces orga­nismes peuvent deve­nir patho­gènes.

Porteurs sains

Un por­teur sain (por­teur asymp­to­ma­tique) est un indi­vi­du infec­té par un micro-orga­nisme mais n’ayant pas de symp­tômes. Un exemple célèbre de por­teur sain cor­res­pond à Mary Mallon (18691938) sur­nom­mée “Typhoid Mary” car elle était por­teuse saine de la bac­té­rie Salmonella typhi. Mary Mallon était une cui­si­nière qui a trans­mis la typhoïde lors de la pré­pa­ra­tion de repas chez les dif­fé­rentes familles chez qui elle a tra­vaillé. Son rôle dans la trans­mis­sion de la mala­die a été déter­mi­né par l’une des familles. Elle a été jugée et condam­née à de la pri­son. Elle obtient l’au­to­ri­sa­tion de sor­tir de pri­son si elle renon­çait à cui­si­ner. Elle a de nou­veau été condam­née à de la pri­son après avoir été retrou­vée dans les cui­sines d’un hôpi­tal. Au total, elle a conta­mi­né 51 per­sonnes dont trois sont mortes.

Pouvoir pathogène

Le pou­voir patho­gène d’un micro-orga­nisme est appe­lé la viru­lence et peut s’ex­pri­mer sous deux formes :

- Pouvoir inva­sif (infec­tieux) : apti­tude d’un micro-orga­nisme à péné­trer dans l’or­ga­nisme et s’y déve­lop­per mal­gré les moyens de défenses de l’hôte (sys­tème immu­ni­taire).

- Pouvoir toxi­no­gène : apti­tude d’un micro-orga­nisme à syn­thé­ti­ser et libé­rer des toxines chez un hôte.

Bibliographie

Jackson, R. W., Johnson, L. J., Clarke, S. R., & Arnold, D. L. (2011). Bacterial patho­gen evo­lu­tion : Breaking news. Trends in Genetics, 27(1), 3240. doi:10.1016/j.tig.2010.10.001 (lien)

Yee Chan, K., & Reidpath, D. D. (2003). “Typhoid Mary” and “HIV Jane”: Responsibility, agen­cy and disease pre­ven­tion. Reproductive Health Matters, 11(22), 4050. doi:10.1016/s0968-8080(03)022912 (lien)