Toxine

Définition

Une toxine est une molé­cule, pro­duite par un orga­nisme vivant, ayant un effet toxique sur un autre orga­nisme. Une toxine agit à petite dose. D’un point de vue chi­mique, une toxine peut être une petite molé­cule, un pep­tide ou une pro­téine. Cette défi­ni­tion assez large regroupe les dif­fé­rentes toxines pro­duites par de nom­breux micro-organismes.

Toxines bactériennes

Les toxines bac­té­riennes sont divi­sées en deux groupes : endo- et exo-toxines. Les endo­toxines font par­tie de la cel­lule bac­té­rienne et sont libé­rées lors de la lyse de la bac­té­rie. Le lipo­po­ly­sac­cha­ride (LPS) est un exemple d’en­do­toxine pro­duit par les bac­té­ries à paroi Gram néga­tive. Les exo­toxines sont libé­rées dans le milieu extracel­lu­laire durant la crois­sance bac­té­rienne. Les méca­nismes d’ac­tions de ces toxines sont variés. Certaines vont conduire à la for­ma­tion de pores dans la mem­brane des cel­lules visées (et ain­si conduire à une lyse cel­lu­laire). Les super-anti­gènes vont sur-sti­mu­ler la réponse immu­ni­taire. Les toxines peuvent agir loin du site de l’in­fec­tion bactérienne.

Effet d’une exo­toxine bac­té­rienne sur des cel­lules de l’in­tes­tin. Par exemple la toxine kle­boxy­my­cine pro­duite par Klebsiella spp.

Levures et toxines

Certaines levures (appe­lées killer yeasts ; levures tueuses) sont capables de pro­duire des toxines (killer toxin en anglais). Il s’a­git du cas de Saccharomyces cere­vi­siae par exemple.

Micro-algues et toxines

Les micro-algues marines dino­fla­gel­lés sont connues pour pro­duire de nom­breuses toxines pou­vant impac­ter la san­té humaine. Ces toxines sont de nature bio­chi­mique assez diverses. 

Virus et toxines

Les Rotavirus pro­duisent un toxine appe­lée NSP4 capable d’en­dom­ma­ger les cel­lules entériques.

Classification des toxines

Les toxines sont des molé­cules avec des struc­tures, des pro­prié­tés et des effets dif­fé­rents. Il est pos­sible de clas­ser les toxines par rap­port à leur nature bio­chi­mique. Les toxines peuvent aus­si être clas­sées selon leur méca­nisme d’ac­tion au niveau cellulaire.

Billet du blog parlant de toxines

Références bibliographiques

Henkel, J. S., Baldwin, M. R., & Barbieri, J. T. (2010) Toxins from bac­te­ria. EXS. 100:129. doi:10.1007/978376438338-1_1 (lien)

Oakley, C. L. (1954). Bacterial toxins. Annual Review of Microbiology 8:1, 411428 (lien)

Rudkin, J. K., McLoughlin, R. M., Preston, A., & Massey, R. C. (2017). Bacterial toxins : Offensive, defen­sive, or some­thing else alto­ge­ther ? PLoS Pathogens, 13(9), e1006452. (lien)

Seo, N. S., Zeng, C. Q. Y., Hyser, J. M., Utama, B., Crawford, S. E., Kim, K. J., Höök, M., & Estes, M. K. (2008). Integrins α1β1 and α2β1 are recep­tors for the rota­vi­rus ente­ro­toxin. Proceedings of the National Academy of Sciences, 105(26), 88118818. (lien)

Schmitt, M., & Breinig, F. (2006) Yeast viral killer toxins : Lethality and self-pro­tec­tion. Nat Rev Microbiol 4, 212221. https://​doi​.org/​10​.​1038​/​n​r​m​i​c​r​o​1347 (lien)

Wang, D. Z. (2008) Neurotoxins from marine dino­fla­gel­lates : A brief review. Mar Drugs. 6(2):349371. Jun 11. doi:10.3390/md20080016 (lien)