Mycètes

Définition

Les mycètes sont un groupe d’or­ga­nismes regrou­pant les levures, les moi­sis­sures et les cham­pi­gnons (macro­sco­piques). Il s’a­git d’or­ga­nismes euca­ryotes pou­vant être uni- ou plu­ri-cel­lu­laires. Ils pos­sèdent des carac­té­ris­tiques telles que la pro­duc­tion de spores ou la pré­sence de chi­tine dans la paroi.

Schéma comparant les mycètes micro- et macro-scopiques

Les levures sont des mycètes uni­cel­lu­laires. Les moi­sis­sures et les cham­pi­gnons sont des mycètes plu­ri­cel­lu­laires visibles à l’œil nu.

Ce qui est appe­lé “cham­pi­gnons” dans le lan­gage popu­laire cor­res­pond à l’or­gane repro­duc­teur (spo­ro­phore) d’un mycète macro­sco­pique. Mais les cham­pi­gnons macro­sco­piques ne se résument pas à cet organe. Ils pos­sèdent éga­le­ment des mycé­liums qui se déve­loppent sous le sol et peuvent s’é­tendre sur quelques cen­ti­mètres ou plu­sieurs kilomètres. 

Les champignons sont-ils des légumes ?

Les cham­pi­gnons macro­sco­piques sont sou­vent consi­dé­rés comme des légumes pour l’a­li­men­ta­tion humaine. Ils pos­sèdent des carac­té­ris­tiques simi­laires aux plantes telles que le fait d’être immo­bile ou de pous­ser dans le sol. Néanmoins les cham­pi­gnons ne pos­sèdent pas de chlo­ro­phylle et ne peuvent pas réa­li­ser de pho­to­syn­thèse. Ils ne font donc pas par­tie des végé­taux d’un point de vue bio­lo­gique. En effet, les mycètes forment un groupe à part des végé­taux et des animaux.

Quelles sont les dimensions des plus grand mycètes ?

Certains maco-mycètes peuvent for­mer des réseaux de mycé­lium de dimen­sions impor­tantes. Par exemple, un mycète Armillaria gal­li­ca qui serait âgé d’environ 2 500 ans, pèse­rait 400 000 kg et se déve­lop­pe­rait sur 75 ha, a été décou­vert dans la Péninsule supé­rieure du Michigan (aux États-Unis). Un autre macro-mycète Armillaria ostoyae se déve­lop­pe­rait lui sur plus de 965 ha dans l’Orégon.

Billets du blog parlant de mycètes

Références

Anderson, J. B., Bruhn, J. N., Kasimer, D., Wang, H., Rodrigue, N., & Smith, M. L. (2018). Clonal evo­lu­tion and genome sta­bi­li­ty in a 2500-year-old fun­gal indi­vi­dual. Proceedings of the Royal Society B : Biological Sciences, 285(1893), 20182233. doi:10.1098/rspb.2018.2233 (lien)

Ferguson, B. A., Dreisbach, T. A., Parks, C. G., Filip, G. M., & Schmitt, C. L. (2003). Coarse-scale popu­la­tion struc­ture of patho­ge­nic Armillaria spe­cies in a mixed-coni­fer forest in the Blue Mountains of nor­theast Oregon. Canadian Journal of Forest Research, 33(4), 61262 doi​.org/​10​.​1139​/​x​03​-​065 (lien)

Lecointre, G., & Le Guyader, H. (2006) Classification phy­lo­gé­né­tique du vivant — 3ème édi­tion — Belin — ISBN-10 : 2701142733

Stajich, J. E., Berbee, M. L., Blackwell, M., Hibbett, D. S., James, T. Y., Spatafora, J. W., & Taylor, J. W. (2009). The Fungi. Current Biology, 19(18), R840–R845. doi:10.1016/j.cub.2009.07.004 (lien)