ADNr 16S

Le gène ADNr 16S code l’ARNr ribo­so­mique 16S inter­ve­nant dans la petite sous-uni­té du ribo­some. Cet ARNr inter­vient dans la recon­nais­sance des ARNm durant la syn­thèse des pro­téines.

Le gène de l’ARNr 16S en phylogénie moléculaire

Outre sa fonc­tion bio­lo­gique, la séquence de ce gène est aus­si uti­li­sé en bio­lo­gie molé­cu­laire comme mar­queur taxi­no­mique. Ce gène pos­sède des régions variables qui per­mettent de dif­fé­ren­cier et de clas­ser les bac­té­ries. En com­pa­rant la séquence de ce gène avec ceux de bac­té­ries connues, il est pos­sible de clas­ser et d’i­den­ti­fier une bac­té­rie.

Avantages

  • Il est pré­sent chez toutes les bac­té­ries

Inconvénients

  • Certaines bac­té­ries peuvent pos­sé­der en même temps plu­sieurs gènes d’ADNr 16S dif­fé­rents
  • Des conta­mi­na­tion avec les ADNr des chlo­ro­plastes sont pos­sibles dans l’en­vi­ron­ne­ment
  • À par­tir de la séquence de ce gène, il n’est pas pos­sible de déter­mi­ner les carac­té­ris­tiques d’une bac­té­rie. On peut émettre des hypo­thèses par rap­port à ce qui est connu pour des bac­té­ries avec une séquence d“ADNr 16S proche.

ADNr 16S : un gène de ménage ?

Il est sup­po­sé que le gène ADNr 16S est tou­jours expri­mé au même niveau. Selon cette hypo­thèse peut importe les condi­tions de crois­sances, une bac­té­rie aurait tout le temps la même quan­ti­té d’ARNr 16S. La trans­crip­tion de ce gène est donc sou­vent uti­li­sée pour com­pa­rer avec celle d’un gène d’in­té­rêt.