Séquençage d’ADN

Définition

Les infor­ma­tions néces­saires aux être vivants pour se repro­duire et s’a­dap­ter à l’en­vi­ron­ne­ment sont trou­vées dans leur ADN. Ces infor­ma­tions sont sto­ckées sous la forme d’une séquence de quatre bases : adé­nine, thy­mine, cyto­sine, gua­nine res­pec­ti­ve­ment abré­gé en A /​ T /​ C /​ G. L’ordre des bases et la lon­gueur peuvent varier entre deux frag­ments d’ADN ce qui cor­res­pond à des infor­ma­tions dif­fé­rentes. Le séquen­çage consiste à déter­mi­ner l’ordre de ces bases dans une molé­cule d’ADN.

Électroencéphalogramme cor­res­pon­dant au séquen­çage d’un ADN par la méthode Sanger.

L’enchainement de ces quatre bases cor­res­pond à une forme de sto­ckage de l’in­for­ma­tion. Tout comme le sto­ckage infor­ma­tique qui est carac­té­ri­sé par une suc­ces­sions de 0 et de 1. Un gène désigne une par­tie d’une séquence per­met­tant l’ex­pres­sion d’un ARN (puis poten­tiel­le­ment d’une pro­téine ensuite).

Classification des espèces

Les séquences d’ADN de dif­fé­rents orga­nismes peuvent être uti­li­sés pour clas­si­fier les êtres vivants. Chez les bac­té­ries, la séquence de l’ADNr 16S est uti­li­sée pour la clas­si­fi­ca­tion des espèces.

Référence bibliographique

Shendure, J., Balasubramanian, S., Church, G. M., Gilbert, W., Rogers, J., Schloss, J. A., & Waterston, R. H. (2017). DNA sequen­cing at 40 : past, present and future. Nature, 550(7676), 345353. doi:10.1038/nature24286  (lien)