Enveloppe (virale)

Définition

Certaines par­ti­cules virales sont entou­rées par une mem­brane lipi­dique appe­lée enve­loppe. On parle de par­ti­cules virales enve­lop­pées ou nues en fonc­tion de la pré­sence ou non d’en­ve­loppe. L’espace entre l’en­ve­loppe et la cap­side est appe­lée matrice. L’enveloppe en plus des lipides contient des pro­téines d’o­ri­gines virales et d’autres pro­ve­nant de la cel­lule hôte.

Importance de l’enveloppe dans le cycle virale

L’enveloppe contient des pro­téines virales, appe­lées spi­cules, qui per­mettent la recon­nais­sance des cel­lules cibles et la fixa­tion à leur sur­face. En effet, la cap­side étant recou­verte par la mem­brane, elle ne peut pas inter­agir direc­te­ment avec la cel­lule cible.

À la fin du cycle viral, les par­ti­cules virales enve­lop­pées sortent de la cel­lule cible par bour­geon­ne­ment sans pro­vo­quer de lyse cellulaire.

Avantages et inconvénients de l’enveloppe

Le rôle prin­ci­pal de l’en­ve­loppe est de per­mettre l’en­trée dans la cel­lule cible. Elle assure aus­si un rôle de pro­tec­tion vis-à-vis du sys­tème immu­ni­taire en empê­chant la recon­nais­sance d’anti­gènes de la cap­side par des anti­corps.

L’enveloppe rends la par­ti­cule virale plus sen­sibles à cer­taines condi­tions de l’en­vi­ron­ne­ment. Par exemple, une baisse de l’hu­mi­di­té. L’enveloppe étant com­po­sée prin­ci­pa­le­ment de lipides, elle est sen­sibles aux déter­gents (ex : le savon). Par exemple, le virus herpes sim­plex virus 1 qui est enve­lop­pé peut sur­vivre 3 jours tan­dis que le Rodent pro­to­par­vo­vi­rus 1 qui est non enve­lop­pé peut sur­vivre plus de 6 semaines dans les mêmes conditions.

Présence d’une quasi-enveloppe

Chez cer­tains virus, l’en­ve­loppe est pré­sente de façon tran­si­toire dans le cycle viral. Par exemple les virus de l’hé­pa­tite A ou de l’hé­pa­tite E qui ont une enve­loppe issue de la cel­lule hôte mais qui ne contient pas de pro­téines virales, on parle de quasi-enveloppe.

Références bibliographiques

Firquet, S., Beaujard, S., Lobert, P. E., Sané, F., Caloone, D., Izard, D., & Hober, D. (2015). Survival of enve­lo­ped and non-enve­lo­ped viruses on inani­mate sur­faces. Microbes and envi­ron­ments, 30(2), 140144. https://​doi​.org/​10​.​1264​/​j​s​m​e​2​.​M​E​14145 (lien)

Dimitrov D. S. (2004). Virus entry : Molecular mecha­nisms and bio­me­di­cal appli­ca­tions. Nature reviews. Microbiology, 2(2), 109122. https://​doi​.org/​10​.​1038​/​n​r​m​i​c​r​o​817 (lien)

Feng, Z., Hirai-Yuki, A., McKnight, K. L., & Lemon, S. M. (2014). Naked viruses that aren’t always naked : Quasi-enve­lo­ped agents of acute hepa­ti­tis. Annual Review of Virology, 1(1), 539560. doi:10.1146/annurev-virology-031413085359 (lien)