Biocarburant

Définition

Les bio­car­bu­rants sont des car­bu­rants issus de sources bio­lo­giques (bio­masses) renou­ve­lables contrai­re­ment aux com­bus­tibles fos­siles qui ne sont pas renouvelables.

Les com­bus­tibles fos­siles tels que le char­bon ou le pétrole pro­viennent aus­si de sources bio­lo­giques (orga­nismes morts) mais celles-ci ne sont pas renou­ve­lables. En effet, la for­ma­tion de ces com­bus­tibles implique des durées supé­rieures à celle de la vie d’un être humain : plu­sieurs mil­lions d’années.

Les différentes générations de biocarburant

Première géné­ra­tion. Les bio­car­bu­rants de pre­mière géné­ra­tion sont issus de cultures de plantes aus­si uti­li­sées pour l’a­li­men­ta­tion humaine, c’est-à-dire vivrières (ex. : blé ou maïs). Ces cultures peuvent à la fois ser­vir à l’a­li­men­ta­tion humaine ou à la pro­duc­tion de bio­car­bu­rant ce qui pose des ques­tions d’é­thiques. En fonc­tion des prix du mar­ché, les agri­cul­teurs peuvent pri­vi­lé­gier la pro­duc­tion de car­bu­rant au détri­ment de l’a­li­men­ta­tion humaine.

Seconde géné­ra­tion. Ils sont obte­nus à par­tir de matières ligno­cel­lu­lo­siques pro­ve­nant de déchets agri­coles ou fores­tiers. Même si les plantes uti­li­sées ne sont pas comes­tibles, elles pro­viennent de terres agri­coles qui pour­raient ser­vir à l’a­li­men­ta­tion. La pro­duc­tion de bio­car­bu­rant de seconde géné­ra­tion peut donc influen­cer le prix des ter­rains agri­coles et indi­rec­te­ment des den­rées alimentaires.

Troisième géné­ra­tion. Les bio­car­bu­rants de troi­sième géné­ra­tion sont obte­nus à par­tir de la bio­masse d’algues (et des cya­no­bac­té­ries). Celles-ci peuvent se déve­lop­per à par­tir d’eaux usées et pro­duire des lipides en uti­li­sant des pol­luants se trou­vant dans l’eau. Contrairement aux autres bio­car­bu­rants, les algues peuvent être culti­vées sur des terres non culti­vables (terres arables). Elles ne vont donc pas influen­cer le prix des den­rées alimentaires.

La fer­men­ta­tion micro­bienne à par­tir d’algues per­met la pro­duc­tion de bio­gaz. Il s’a­git d’un mélange de plu­sieurs com­po­sés tels que le méthane et le dioxyde de car­bone. Pour pro­duire du bio­car­bu­rant, il faut ensuite puri­fier le méthane des autres gaz puis le faire pas­ser de l’é­tat gazeux à liquide.

Quatrième géné­ra­tion. Comme les bio­car­bu­rants de troi­sième géné­ra­tion, ils sont basés sur l’u­ti­li­sa­tion d’algues mais celles-ci sont géné­ti­que­ment modifiées.

Références bibliographiques

Abdullah, B., Syed Muhammad, S. A. F., Shokravi, Z., Ismail, S., Kassim, K. A., Mahmood, A. N., & Aziz, M. M. A. (2019). Fourth gene­ra­tion bio­fuel : A review on risks and miti­ga­tion stra­te­gies. Renewable and Sustainable Energy Reviews, 107, 3750. doi:10.1016/j.rser.2019.02.018 (lien)

Singh, A., Nigam, P. S., & Murphy, J. D. (2011). Renewable fuels from algae : An ans­wer to deba­table land based fuels. Bioresource Technology, 102(1), 1016. doi:10.1016/j.biortech.2010.06.03 (lien)